JNA 9 Mars 2017:le smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ?

 

L’association JNA vient tout juste de révéler les résultats de la dernière Enquête nationale JNA-Ifop 2017 sur l’usage des smartphones et leur impact sur notre santé auditive.
Cette enquête démontre que le smartphone est le principal support d’écoute, parfois avec un volume sonore élevé. 1 jeune sur 3 n’a pas conscience des risques de cette pratique, alors que 4 sur 10 ont déjà ressenti des acouphènes !
Dans cette enquête, plusieurs thèmes importants sont abordés comme la durée d’écoute, le niveau du volume sonore, la différence dans les pratiques entre les plus jeunes et les moins jeunes et aussi le rôle des Pouvoirs Publics…
Clic sur le lien : cp-enquete-2017

 

Le bruit nous entoure , il est omniprésent, quel sera l’impact sur notre audition ?

L’ouïe, un de nos 5 sens , est essentiel pour vivre , communiquer et garder un lien social.

Oreille dessinMais l’ouïe, cet élément de l’équilibre général, repose sur un mécanisme fragile, altérable.

Dr Martine Ohresser, otologiste,  dans le numéro spécial de la JNA «  tout savoir sur mon audition » nous explique :

« .. .je suis amenée à voir les conséquences des expositions sonores … déficit auditif irréversible, acouphènes et hyperacousie qui peuvent être des pathologies invalidantes…Quand on parle de traumatisme sonore, on pense tout de suite aux ateliers bruyants de l’industrie. En revanche, peu de gens s’émeuvent de voir nos jeunes exposés à des niveaux sonores très élevés, parfois au delà de 100 dB, en discothèque ou lors de concerts de musiques ….. »

La perte de l’audition  peut déstabiliser le patient et affecter  sa vie dans de nombreux domaines.

CascadeLes acouphènes et l’hyperacousie  sont  deux pathologies, souvent dues à des traumatismes sonores qui peuvent déclencher des troubles anxio-dépressifs susceptibles d’altérer de façon dramatique la qualité de vie des patients.

La prise en charge mobilise de plus en plus de professionnels experts regroupés en équipes pluridisciplinaires  de façon à accompagner le patient au plus juste dans ses difficultés.

 

Les thérapies  à visée psychologiques sont très nombreuses. La sophrologie est une des plus utilisées et a pour objectif de se détendre aussi bien sur le plan mental psychique que physique,  et de « défocaliser l’attention » des bruits parasites.

La sophrologie, méthode psychocorporelle prend en compte la dimension émotionnelle du symptôme, constitue l’une des méthodes qui peut permettre d’arriver à l’habituation.

http://www.journee-audition.org/la-campagne/vous-etes-acteurs-de-la-campagne/les-participants-2016.html