La santé chez les séniors ou vivre vivant parce que la Vie c ‘est maintenant

 

neck-point-2666457_1920

Nous assistons depuis plusieurs années à une explosion du nombre des séniors :
D’après des études, entre 1970 et 2016, le nombre de séniors a été multiplié par 20,
Entre 2000 et 2050, la population des plus de 60 ans va passer de 11 à 22%…

Mais d’ailleurs, de qui parle –t-on ?

Dans le langage courant le terme « sénior » est utilisé pour un âge plus précoce  que celui de la personne âgée. Dans le monde du travail, le sénior est celui en dernière partie de carrière, soit à partir de 45 ans ; dans le monde du sport, on parle de séniors à partir de 35 ans

La définition de la personne âgée « est celle d’une personne d’un âge avancé présentant des signes physiologiques et sociaux de la vieillesse » :

-selon l’INSEE : les personnes âgées sont celles de 60 ans et plus
-selon l’OMS : les  personnes de + de 65 ans..

Nous  pouvons ainsi constater que l’âge défini pour une personne âgée ou un sénior est assez imprécis ; en déduire que ce n’est pas l’âge qui permet de qualifier une personne âgée

Ainsi, la représentation que nous nous faisons de la vieillesse est construite sur une réalité biologique…,  mais aussi sur un imaginaire culturel de représentations : celles-ci ont été acquises peu à peu dès l’enfance, puis nourries tout au long de notre expérience et servent de filtres pour orienter notre propre vieillissement.

Nous avons toujours eu une vision ambivalente par rapport au vieillissement, alternant entre une notion de sagesse et de démence ;

Notre attitude peut être également très différente, entre âgisme  avec toutes ses formes de discrimination voire de mépris et le jeunisme  qui concerne cette partie de la population qui fait tout pour rester jeune, pour reculer cette échéance à laquelle on ne veut surtout pas penser qui est la mort.

Pourtant, le vieillissement n’est-il pas un cheminement naturel de la vie ?

Il est d’ailleurs à noter que les personnes ayant une vision négative de la vieillesse se plaignent davantage d’être en mauvaise santé.

Pourtant cette conviction occidentalisée du déclin n’est pas universelle : dans une peuplade du Kenya, la vie est décrite comme un accomplissement progressif de toutes les capacités de l’être humain  qui sont atteintes dans la vieillesse.

A partir de 65 ans, le parent devient un être accompli  qui jouit d’une plus grande liberté et ne craint plus rien, même pas la mort….

Si le vieillissement n’est pas une maladie, il nécessite des ajustements plus ou moins anxiogènes (selon l’ OMS , ¼ des suicides concerne les personnes de plus de 60 ans)

Les chercheurs Rowe et Kahn élaborent une théorie en 1997 qui indique que les variables environnementales et de choix de style de vie ont une incidence bien supérieure que les critères héréditaires sur les chances de réussir son vieillissement.

Aujourd’hui, pour vieillir en bonne santé, par des activités d’adaptation plutôt que de désengagement, on cherche davantage à optimiser la vieillesse plutôt qu’éradiquer les pathologies du grand âge,

Selon l’OMS , la santé est un état de complet bien être  physique, mental et social et ne consiste pas uniquement en l’absence de maladie ou d’infirmité.

Ainsi, pour être en bonne santé, nous avons besoin de nous sentir bien dans notre corps, notre tête et dans la société.

Pour cela , la personne âgée a besoin de stimuler ses ressources présentes, celles qu’elle va aller chercher dans son passé et sur lesquelles elle peut s’appuyer pour accueillir le présent dans une réalité objective et le futur dans une relation paisible.

La personne âgée a ainsi besoin de trouver le chemin entre un mode de vie résigné et hyperactif : celle de se sentir en paix, à sa place, utile

Elle devra alors se libérer de ses croyances limitantes, des peurs, pour se lancer de nouveaux défis en s’amusant, en étant curieuse de tout ce que la vie peut apporter dans le quotidien.

C’est en premier lieu dans nos pensées que s’installe la vieillesse ; nous avons tous la capacité de modifier nos croyances, le regard sur soi et sur les évènements.

Ainsi, bien vieillir ne serait-il pas de faire le choix de s‘appuyer sur ses compétences, ses forces pour vivre maintenant dans un sentiment de joie et de plaisir ?

man-2546107_1920

Bien vieillir, c’est :

  • comment ajouter de la Vie aux années pour ensuite ajouter des années à sa vie,
  • entretenir une vitalité indispensable pour se sentir vivant, utile et aimé.

Pour compléter cet article, je vous propose de me retrouver lors de la table ronde de la Fête du Bien-Être à laquelle je participerai avec d’autres professionnels du 3ème et 4 ème âge , le samedi 16 Novembre à 14 heures

Je présenterai également  un nouveau programme d’accompagnement des séniors , le MBCAS (Mindfulness-Based-Cognitive-Approach for Séniors) qui est une initiation à la méditation de Pleine conscience , spécifiquement adapté aux séniors .

A travers 8 séances, ce protocole propose des exercices pédagogiques et pratiques destinés à favoriser la connaissance de soi, de stimuler les ressources d’adaptation et de permettre au sénior à vivre davantage en paix .

 

Être là, présent, vivant car la Vie c’est maintenant

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s